Les femmes devant le déclin démographique


Fondateur de l'Institut de géopolitique des populations, Yves-Marie Laulan a une préoccupation majeure : que les déséquilibres démographiques entre Français de souche européenne et immigrés ne déstabilisent pas la société. Un sujet tabou. Mais un vrai sujet qu'il aborde avec constance sous ses deux faces : l'immigration étrangère d'un côté, la fécondité euro-française de l'autre. Lors d'un colloque, organisé au Sénat, Yves-Marie Laulan à donné la parole à des femmes, partant du principe que ce sont les femmes qui au premier chef donnent la vie.
Disons le tout de suite ce colloque dont Polémia met en ligne les actes est une formidable réussite. Incontestablement Yves-Marie Laulan a réuni un panel de femmes exceptionnelles : de belles intelligences, des cœurs généreux, des corps féconds. Et une approche polyphonique de la question posée.

Catherine Rouvier : le caractère divin de la fonction maternelle

D'emblée Catherine Rouvier pose le problème du sens de la maternité : « l'incommensurable noblesse, le caractère essentiel et quasi divin de la fonction maternelle, encore perceptibles dans les sociétés moins développées, moins matérialistes, moins mécanisées, ne sont plus perçus dans nos pays présumés civilisés. »
« Pire, elle est cachée comme une survivance des temps anciens, une faute de goût, que ne commettent plus des femmes libérées, une occupation subalterne pour femmes désœuvrées, une preuve d'esclavage, la conséquence désastreuse d'une éducation encore fondée sur le schéma périmé de la différence homme/femme. »
« C'est cette mutation de l'idée de maternité qui, autant et peut-être plus encore que les causes matérielles, scientifiques et techniques, est à l'origine de cette baisse drastique de la natalité. »
Catherine Rouvier énumère ensuite ce qui lui paraît nécessaire à la restauration de l'image de la maternité : « dire la sensualité de la maternité ; refuser la dictature du préservatif ; refuser le risque de la (trop) longue attente du « quand je veux » ; refuser d'être complice de la disparition de notre civilisation bimillénaire ; refuser la disparition programmée du dimanche ; refuser la solitude individualiste des sociétés urbanisées. »

Jeanne Smits : l'image matérialiste de la maternité dans les médias

C'est évidemment une image différente de l'amour, de la famille, de la maternité, de la vie qui est donnée dans les médias. Et d'abord par le premier d'entre eux : le livre scolaire qui dissocie radicalement sexualité (pour le plaisir individuel et quelque soit le ou la partenaire) et procréation ; et c'est ce message tronqué et faux qui est constamment répété depuis l'âge de 12/13ans.
Jeanne Smits poursuit sa critique en analysant les magazines féminins. Elle y trouve que « L'image de l'enfant et de la maternité (y) est plutôt positive, mais (qu') elle privilégie l'image d'un enfant objet. C'est l'enfant pour soi.(...)Si on regarde l'image de l'enfant dans les médias, il ne s'agit pas d'un autre qui est accueilli, mais de celui que l'on peut se permettre d'avoir, que l'on va habiller et élever selon des normes qui en font ce que les Anglais appellent un status object (un objet de statut). »
Enfin « Il y a une image de la maternité qui est complètement ignorée, médiatiquement parlant, que ce soit dans la presse glamour, dans les émissions télévisées, dans les téléfilms ou au cinéma : l'image positive de la mère au foyer, de la mère de famille nombreuse. »

Janine Chanteur : un individualisme insensé

Pour Janine Chanteur, du « Deuxième sexe » de Simone de Beauvoir à « l'absurde révolte de 1968 », « un profond bouleversement des idées et des mœurs » est survenu : « Il en est sorti une justification insensée de l'individualisme. Or l'individualisme est un ennemi majeur de la natalité. Les femmes, en grand nombre – et les hommes avec elles –, ont confondu la liberté avec l'individualisme, d'où une subtile rupture entre l'homme et la femme, devenus deux individus qui n'avaient plus, a priori, d'intérêt commun. Il est vrai que chacun de nous est un individu. Mais, sans liens avec les autres, est-il possible de survivre en être que l'on peut dire humain ? Que l'égalité des devoirs et des droits soit commune à l'homme et à la femme n'implique pas la guerre des sexes, ni leur assimilation. Aujourd'hui, la justification déplorable de l'individualisme et de l'indistinction des sexes d'une part, de la primauté du plaisir sexuel devenu d'autre part le but de la vie, a barré la perspective d'un avenir construit dans l'espérance pour les générations suivantes. Aussi pouvons-nous avancer l'idée que le déclin démographique est peut-être moins imputable aux crises financières que nous avons traversées et que nous traversons encore, qu'à l'atmosphère de négativité qui asphyxie, en Occident, les femmes – sans oublier les hommes – et qui fait redouter les naissances. »
Janine Chanteur continue ainsi son propos : « Avec un moral livré au Désenchantement du monde, pour reprendre le beau titre d'un livre de Marcel Gauchet, beaucoup d'hommes et de femmes pensent qu'ils n'ont pas le droit de procréer une nouvelle victime. »
« Il faut donc poser la question: qu'est-ce que mettre au monde un enfant ? La réponse est simple : un enfant, c'est une espérance, un pari confiant sur l'avenir. » Et cela ne peut se faire que dans la confiance de l'homme et de la femme dans la durée du couple.

Joëlle-Anne Robert : la femme au foyer, modèle incontournable

C'est l'image de la femme au foyer que défend sans complexe Joëlle-Anne Robert en dénonçant d'abord quelques pieux mensonges du « familialement correct » : « Faire croire qu'il est facile de concilier travail et famille ; faire croire que la femme s'épanouit nécessairement au travail, faire croire que la femme est un homme comme un autre. »
Joëlle-Anne Robert avance ensuite les arguments positifs en faveur de sa thèse : « Donner la vie, un désir profond auquel on ne renonce pas si facilement ; le rôle de la famille dans l'éducation (La famille, et plus encore la famille nombreuse, est une micro-société fournissant un apprentissage irremplaçable) ; l'intérêt de l'enfant ; l'avenir de nos retraites ».
Rappelons au passage à ceux qui seraient tentés d'écarter cet argument matérialiste que l'équilibre démographique repose largement sur les familles de trois enfants (sinon plus) et que dans ces familles plus de 50% des femmes sont au foyer. Encore un mot de statistique : « 600 000 parents ont bénéficié du congé parental. 3 millions de femmes au foyer en 2010, c'est 2 fois moins qu'il y a vingt ans. Mais, en 1999, elles n'étaient que 2, 2 millions. Ce choix a été assumé par 57 % des femmes qui souhaitent voir grandir leur enfant. »

Hélène Richard : N'oubliez pas l'homme !

C'est une vision autre et hors des sentiers battus que défend Hélène Richard : celui de la mère de famille nombreuse assumant sa vie de femme libre « loin du modèle d'Henri Bordeaux ». D'où paradoxalement l'importance du père. Laissons la parole à Hélène Richard. « Une femme fera un enfant avec un homme digne, c'est-à-dire capable de doter de qualités génétiques élevées cet enfant qui viendra au monde. La femme choisit le père de ses enfants. Et ce père n'est pas forcément ni l'amant idéal ni le plus grand amour de sa vie. C'est juste l'homme qui sera capable d'être le meilleur père possible pour sa descendance. Biologiquement, paternellement, affectivement, moralement, etc. C'est une question de lignée, une question d'immortalité. (...) De là, l'ineptie du divorce, qui brise cette lignée, qui remet en cause cette immortalité et rend esclave la femme. Accepter de façon simple et évidente qu'on fait des enfants à deux, qu'on les élève donc à deux, quoi qu'il arrive, qu'on est là pour transmettre et pas pour se comporter de façon versatile, remettre donc à l'endroit la notion d'engagement serait, à mon sens, une bonne chose : on ne s'engage pas vis-à-vis de sa femme, de son mari mais vis-à-vis de sa lignée, de sa descendance. »
« Le seul moyen de donner aux femmes et aux hommes l'envie d'avoir des enfants est de montrer aux femmes que la maternité ne les empêchera pas de vivre et de rester avant tout des femmes et de montrer aux hommes que la paternité leur permettra de devenir un homme. »(...)
« Oui, il est possible d'être une maman de cinq, six, sept enfants et d'être aussi, voire même avant tout, une femme. Il est possible d'harmoniser gravité et insouciance, sagesse et grains de folie, attention et légèreté, etc. C'est possible à une condition : que nos enfants aient un père, un papa, pas un mari-de-maman-jaloux qui refuserait qu'elle sorte ; pas un père-qui-gagne-beaucoup-de-sous mais qui n'est jamais là ; un père par correspondance en quelque sorte, qui signerait les relevés de notes, distribuerait les félicitations et les punitions, arbitrerait les bagarres ; mais ne serait jamais là pour jouer, pour câliner ; pour préparer des pizzas quand maman n'est pas là ; raconter des histoires le soir quand maman est sortie avec ses copains et ses copines et qu'elle ne rentrera peut-être pas cette nuit ; préparer un gâteau pour quand maman rentrera ; partir en balade le week-end quand maman travaille... »
Par delà les choix personnels d'Hélène Richard, son texte souligne un point majeur : les hommes partagent avec les femmes la responsabilité de donner la vie et de construire l'enfant. Et ils sont parfois aussi, sinon plus, égoïstes et malthusiens que les femmes : pour une raison simple, ils vivent dans le même bain de valeurs dominantes.

Gabrielle Cluzel : culpabilisation et dévalorisation

« Dans les sondages, une femme sur deux avoue qu'elle aurait aimé avoir un enfant de plus » remarque Gabrielle Cluzel. Si ces enfants ne naissent pas c'est que « culpabilité et dévalorisation sont (...) un frein à la maternité ».
Gabrielle Cluzel observe que « les femmes au foyer sont des « sentinelles invisibles ». Elles sont transparentes aux yeux de l'administration, elles n'ont pas de statut, ce sont des sortes de sous-femmes, elles sont comme réduites à une sorte de dhimmitude de fait, une dhimmitude à l'occidentale ».
Et Gabrielle Cluzel de noter ce paradoxe étonnant, celui de deux voisines qui décideraient d'échanger leurs enfants : « Tu gardes les miens, je me charge des tiens » –, elles auraient dans ce cas un statut, une couverture sociale propre, une retraite d'assistante maternelle. Parce que les enfants dont elles s'occupent sont les leurs, elles sont comme punies. Elles n'ont droit à rien, aucune reconnaissance matérielle ou sociale, et les enfants qu'elles ont mis au monde paieront les retraites des autres. »
Paradoxe extraordinaire de la société marchande : la mère mercenaire (qui, il est vrai, augmente le PIB) est reconnue alors que la mère affective ne l'est pas !

Marie-Thérèse Hermange : l'aide à la garde des jeunes enfants

Le colloque a aussi traité les questions économiques et pratiques. Le sénateur Hermange a souligné les contradictions des politiques officielles et affirmé « notre système de prise en charge de l'enfant lorsque la femme travaille est un système pervers ». En effet, les Caisses d'allocation familiale et les mairies privilégient pour l'aide à la garde des enfants le système des crèches : système qui présente le double inconvénient d'être le plus coûteux et moins adapté aux besoins de l'enfant qu'une garde familiale. D'où l'intérêt de la prestation d'allocation différentielle pour garde d'enfant, PAJE, créée par la ville de Paris à la fin du mandat de Jean Tibéri : davantage de bénéficiaires d'un mode de garde plus adapté.
Un point de vue de bon sens hélas largement ignoré des décideurs politiques !

Dominique Marcilhacy : la retraite des mères

« En consacrant de leur corps et de leur temps à la mise au monde et à l'éducation des enfants, les mères préparent les retraites de leur génération » affirme Dominique Marcilhacy. Et pourtant à chaque réforme des retraites les avantages particuliers dont elles bénéficient sont remis en cause !
Dominique Marcilhacy estime que la prise en charge financière de l'enfant est faite à 40% par la collectivité et à 60% par la famille. Mais au final les familles qui ont contribué au renouvellement démographique bénéficient de retraités moins élevées que les couples inféconds ou à fécondité réduite.
Une aberration doublée d'une injustice que Dominique Marcilhacy propose de corriger en réformant l'allocation des points de retraite de façon à prendre en compte la contribution des familles au renouvellement démographique. Un statut parental viendrait compléter le dispositif.

Christian Vanneste : le poids des idéologies, relativiste, culturaliste, marxiste

Dans ce colloque par les femmes et pour les femmes, deux hommes sont, malgré tout, intervenus Yves-Marie Laulan et Christian Vanneste. Député mais aussi philosophe. Christian Vanneste a mis en exergue du colloque trois causes idéologiques à la situation actuelle:
-Le relativisme « c'est à dire la volonté, quasiment entropique, de nier toutes les différences ».
-La mécanique marxiste qui, appliqué au féminisme, « a remplacé la lutte des classes par la lutte des sexes ».
-Le culturalisme « qui tend à nier complètement la dimension biologique, génétique, naturelle de l'humanité pour prétendre que tous nos comportements sont dictés par l'éducation, par l'environnement culturel ».
Et le député philosophe de conclure son propos par deux recommandations, « deux mariages » : celui de la génétique et de l'éducation celui de l'égalité et de la différence.
Christian Vanneste a aussi, comme beaucoup des intervenantes traité du sujet de l'avortement et noté que « chacun aura remarqué qu'entre la loi Veil et aujourd'hui, l'avortement, qui était un droit de la détresse, est devenu un tabou. On n'a plus le droit de contester le droit à l'avortement comme étant l'expression la plus forte de la liberté féminine ». Et Christian Vanneste de rappeler qu'il y a quelques années, il avait été diabolisé simplement pour défendu « l'idée de l'IIG (interruption involontaire de grossesse) qui prend en compte la situation d'une femme qui perd un enfant du fait d'un autre ». Or comme disait Pierre Chaunu « le monde est condamné si la femme répudie son désir d'enfant ».

Yves-Marie Laulan : transcendance et dépassement de l'instant présent

Il revenait à Yves-Marie Laulan – père du colloque ! - de le conclure et de revenir sur les causes de la chute de la fécondité « Il faut y voir, sans doute et avant tout, la disparition du sens de la transcendance, à savoir le souci de vivre au-delà du moment présent et des individus que nous sommes. Or l'enfant, au sein de la famille, est précisément la seule passerelle que l'homme peut jeter entre le passé et un futur par définition inconnu, le seul véhicule inventé à ce jour pour dépasser l'instant présent et se survivre à soi-même (en dehors de l'espoir de la vie éternelle pour le croyant, bien entendu). Ajoutons au passage que s'expliquent ainsi les attaques forcenées contre l'Église catholique qui dérange, qui interpelle, qui remet fâcheusement en question les certitudes confortables et sécurisantes apportées par les médias complaisants.

Un changement de paradigmes

Par delà les différences d'approches – philosophiques, sociologiques, religieuses, idéologiques, économiques, morales, personnelles - des différents intervenants, il apparaît très clairement que le redressement démographique français et européen passe par un changement radical des paradigmes dominants. Une révolution conservatrice est nécessaire.

Télécharger l'intégralité du colloque