Présentation

L'Institut de Géopolitique des Populations a été créé le 7 février 2000 à l'initiative de Jacques Dupâquier+, membre de l'Institut, et d'Yves-Marie Laulan, économiste, avec Pierre Messmer+, de l'Académie française, Chancelier de l'Institut de France, ancien Premier ministre, comme président d'honneur, répondait au souci d'intégrer plus étroitement la démographie dans la réflexion géopolitique afin de mieux cerner les grands problèmes de notre temps.

Il s'agissait aussi, dans l'esprit de ses créateurs d'éveiller le grand public et les médias aux conséquences des phénomènes démographiques dans les domaines les plus divers de nos sociétés, économiques, sociaux et culturels. Pour cela, l'association se proposait de lancer des travaux de recherches à caractère scientifique aussi rigoureux que possible qui formeraient la base d'une information fiable et objective. L'Institut de Géopolitique des Populations organise ainsi chaque année un certain nombre de manifestations sous forme de colloques et de dîners-débats dont les travaux font l'objet d'une publication dans la revue de l'association ou dans des ouvrages grand public. L'Institut publie également régulièrement une lettre analysant les questions du jour à l'usage de ses abonnés. Cette lettre est souvent reprise sur divers sites.

Lire le communiqué de Y.M. Laulan, président de l'institut

Membres fondateurs

  • Jean Cluzel, ancien secrétaire perpétuel de l'Académie des Sciences morales et politiques
  • Jacques Dupâquier, de l'Institut de France
  • Denis Huisman, président de Sociétés, correspondant de l'Institut
  • Gérard Lafay, Professeur émérite des Universités
  • Yves-Marie Laulan, économiste
  • Jean-Didier Lecaillon, Professeur des Universités
  • Jules Leveugle, ancien élève de l'Ecole Polytechnique
  • Michel Massenet, Conseiller d'Etat honoraire
  • Jean-Robert Pitte, ancien président de l'Université Paris-Sorbonne
  • Recteur Jean-Pierre Poussou
  • Général Jean Salvan
  • Recteur Charles Zorgbibe

Conseil scientifique

L'association est assistée par un Conseil scientifique de haut niveau. Les personnalités suivantes ont accepté d'en faire partie :

  • Jean Bastié, ancien président de la Société de Géographie
  • Jacques Bichot, Professeur émérite des Universités
  • Christian de Boissieu, Professeur des Universités
  • Marcel Boiteux, de l'Institut, ancien président d'EDF
  • Claude Collin-Delavaud, ancien Professeur des Universités
  • Bernard Dezert, Professeur émérite à la Sorbonne
  • Bernard Dorin, Ambassadeur de France
  • Général Pierre Gallois
  • Lucien Israël, de l'Institut
  • Jacques de Larosière, de l'Institut, Gouverneur honoraire de la Banque de France
  • André Lebon, Administrateur
  • Thierry de Montbrial, de l'Institut, président de l'IFRI
  • Michel Robatel, président de Rajeunir et Peupler la France
  • André Ross, Ambassadeur de France
  • Evelyne Sullerot, membre honoraire du Conseil économique et social
  • Raymond Triboulet, de l'Institut, ancien ministre

Colloques

Publications

  • La population européenne et ses problèmes, 10 décembre 1999, nº1
  • L'entreprise française devant les problèmes démographiques, 19 mai 2000, nº2
  • Introduction à une géopolitique des populations, nº spécial 3-4
  • Troisième âge et renouveau sociétal, 19 mai 2001, nº5
  • Où va l'Afrique noire ?, 13 décembre 2001, nº6
  • Réussir l'intégration des immigrés de la deuxième génération, 16 mars 2002, nº7
  • La France en 2002 : un bulletin de santé démographique, 18 juin 2002, nº8
  • Palestiniens et Israëliens : le facteur démographique, 12 décembre 2002, nº9
  • Ces migrants qui changent la face de l'Europe, 10 et 11 octobre 2003, nº double, 10 et 11, L'Harmattan
  • Europe et Amérique victimes de leur démographie ?, 14 octobre 2004, nº12
  • L'avenir démographique des grandes religions du monde, 25 novembre 2004, nº13, F.X. de Guibert
  • Immigration/Intégration : essai d'évaluation des coûts économiques et financiers, 17 novembre 2005, nº14, L'Harmattan
  • La France peut-elle se contenter de ses taux de natalité actuels ?, 2 février 2006, nº15, L'Harmattan
  • Vieillissement mondial et conséquences géopolitiques, 8 mars 2007, nº16, L'Harmattan.
  • Inflation et croissance économique au XXIème siècle, 21 juin 2008, nº17, L'Harmattan
  • L'Europe face à l'Afrique : du choc démographique au choc des civilisations, 29 avril 2009, l'Harmattan
  • Les femmes devant le déclin démographique, nº19, 28 mai 2010
  • Les prochaines guerres seront-elles démographiques ?, 28 avril 2011

Communiqué de Y.M. Laulan, président de l'institut

Rappelons-nous. Voici près de 12 ans que vous soutenez sans défaillance l'action de l'Institut de Géopolitique des Populations que j'ai créé en février 2000, à l'aube de ce nouveau millénaire, avec Jacques Dupâquier, de l'Institut, qui nous a, hélas, quitté l'an dernier et le soutien de Pierre Messmer, ancien Premier Ministre, lui aussi disparu.

En 12 ans, un travail de fond sur des sujets ignorés par la pensée unique

En ces 12 années, nous avons tenu 10 colloques, 4 déjeuners débats et publié 12 ouvrages, sans compter la lettre d'actualité de l'IGP. Et je citerai parmi les plus anciens  « L'entreprise française devant ses problèmes démographiques » (2000 ) ; « Où va l'Afrique noire ? » (2001) ; « Ces migrants qui changent la face de l'Europe » (2003), sans oublier :

 « Inflation et croissance au XXIème siècle » (2008)  « Les femmes devant le déclin démographique » (2009)  et « Les prochaines guerres seront-elles démographiques ? » (2011), parmi les plus récents. Je crois pouvoir affirmer que nous n'avons pas perdu notre temps, au service de la France et de la vérité.

Nous avons ainsi, grâce à votre concours, pu enfoncer des portes jusqu'ici solidement cadenassées et faire pénétrer un peu de lumière dans des zones d'ombre obstinément fermées à l'information et au débat. Ce n'est déjà pas mal. Les Français s'ouvrent peu à peu à la prise de conscience de ce qu'au delà du discours convenu, il y a des vérités gênantes que l'on ne peut plus taire.

Bientôt un colloque majeur sur les coûts de l'immigration

Mais nous voulons aller plus loin. La crise économique et financière, longtemps dissimulée, est là, prête à nous étouffer. Mais il y a également la pression migratoire qui se presse à nos frontières, à une cadence de plus de 250 000 entrées par an. Cette immigration est, tenez-vous bien, financée par le déficit budgétaire, 85 milliards d'euros, et donc ce fameux endettement de la France, 1 646 milliards euros (85 % du PIB), dont on parle tant et si tardivement. Il sera payé par nos enfants et nos petits enfants. Financer par l'emprunt une immigration largement composée d'inactifs et d'assistés sociaux, et cela en pleine crise économique, il n'y a qu'en France que l'on voit cela.

Mais cela fait de la France un pays qui s'achemine tout doucement vers le sous développement, un pays qui aura de plus en plus de difficultés à payer les retraites et la santé, un pays où la sécurité au quotidien ne sera plus assurée, un pays qui ne sera plus la France que nous avons connue et aimée mais une juxtaposition de communautés étrangères les unes aux autres vivant dans la méfiance, la violence et le soupçon.

On ne peut pas laisser faire cela. La seule façon de réagir est de faire connaître la vérité, toute la vérité aux Français que les pouvoirs publics, avec la complicité des médias, tiennent dans l'ignorance et la confusion.

C'est pour cela que nous organisons un nouveau colloque le 16 février 2012 à l'ASIEM (6, rue Albert de Lapparent, 7°). Nous vous enverrons bien entendu, une invitation à cet effet en début d'année prochaine. Mais, d'ores et déjà, je dois faire appel à vous pour financer, dès aujourd'hui, l'organisation de ce colloque d'une grande importance. En effet, de quoi s'agit-il ?

Nous avions déjà organisé, vous vous en souvenez sûrement, avec le concours d'économistes reconnus, un premier colloque en 2005 sur les coûts économiques et financiers de l'immigration. Ce colloque avait eu un grand succès et aidé à éclairer un sujet sensible qui était jusqu'alors considéré comme « tabou » par la presse.

Mais, entre temps, des journalistes et des pseudo-chercheurs plus ou moins bien inspirés (on devine par qui) ont lancé à qui mieux mieux des estimations plus ou moins fantaisistes sur les coûts qui ont largement contribué à semer la confusion dans les esprits sur la situation réelle.

Et puis, et surtout, la situation a profondément changé. Chacun sait que la France rentre dans une période de « vaches maigres ». Faut-il, dans ce contexte déprimé, continuer à financer une immigration largement composée d'inactifs et de futurs assistés sociaux, à un coût qui grève le budget de l'Etat et celui de la Sécurité sociale, dès qu'ils ont franchi nos frontières ?

C'est pour cela qu'il faut y voir clair de façon à ce que chacun puisse se faire une opinion sur un sujet aussi essentiel pour notre avenir et celui de notre pays et agir selon sa conscience.

Je viens donc vous demander de m'aider à organiser ce colloque, qui, à cet instant de notre calendrier politique, aura, n'en doutez pas, un impact dont il ne faut pas minimiser l'importance, sur le visage de la France de demain.

AIDEZ-NOUS A POURSUIVRE L'ACTION DE L'INSTITUT DE GEOPOLITIQUE DES POPULATIONS

AIDEZ- NOUS A MONTER UN GRAND COLLOQUE SUR LES VRAIS COUTS DE L'IMMIGRATION

Un grand merci à l'avance

Toujours fidèlement à vous au service de notre pays.

Yves Marie Laulan, président


Vous bénéficiez d'une déduction fiscale de 66% du montant du don (artice 200 du CGI)